Conseils pour le choix d’un carrelage

121

Ce qu’il faut savoir pour choisir un carrelage

Les classements UPEC (normes françaises) ou PEI (Normes européennes) utilisés pour la classification des carrelages ne sont à prendre en considération que par rapport à leur usage.

Ces classifications ne définissent pas une qualité de carrelage, mais des caractéristiques minimales pour obtenir un classement en fonction d’un usage : un groupe 3, ou PEI 3, suffira pour une chambre, alors qu’un groupe 5, ou PEI 5, sera indispensable pour un lieu public à fort trafic.

La classification MOHS

Pour vérifier la qualité d’un carrelage il faut apprécier la résistance de votre produit selon l’échelle de MOHS. Cette classification permet de contrôler la résistance à l’abrasion profonde. Par exemple : un caillou coincé sous une semelle de chaussure. Plus le carrelage se rapprochera de 10, plus la qualité des émaux ou du tesson (pour les produits pleine masse) sera bonne.

L’épaisseur du carrelage et les « bords rectifiés » : de faux amis

L’épaisseur d’un carrelage est conditionnée uniquement par le tonnage de la presse qui a fabriqué le carrelage. Un carrelage de 10 mm d’épaisseur, pressé à 1500 tonnes au m² sera de moins bonne qualité qu’un autre de 7mm pressé à 5000 tonnes au m². Donc il faut mieux apprécier le poids du m² de carrelage pour choisir votre carrelage.

La rectification est censée être réalisée pour s’intégrer dans la logique décorative minimaliste avec une pose sans joints ou presque. Or cette pose est interdite en France et vous devez au minimum poser avec un joint de 2.5 mm pour les rectifiés et 3.5 mm pour un non rectifié. Alors pourquoi payer en plus le prix d’une rectification qui n’est d’aucune utilité, d’autant que les carrelages non rectifiés sont tout aussi parfaitement calibrés ?

carrelage-exterieur

Conseils pour préserver et nettoyer un carrelage

Voici quelques conseils pour préserver votre carrelage :

  • Maintenez le sol le plus propre possible. Certains types de saleté (poussière, sable) augmentent l’effet abrasif du piétinement : placez un paillasson à l’entrée pour éviter de véhiculer la saleté à l’intérieur.
  • Il faut toujours commencer par balayer ou passer l’aspirateur avant de laver.
  • Evitez de faire tomber des objets lourds et protégez, avec un tapis par exemple, les zones où la chute d’objets est plus facile ou plus fréquente (par exemple, dans la cuisine, devant l’évier ou le plan de cuisson).

Et pour nettoyer un carrelage :

  • L’élimination d’une tâche est d’autant plus facile quand le nettoyage intervient quand elle vient d’être faite.
  • Versez dans le seau d’eau chaude juste quelques gouttes de produit  pour laver la vaisselle. Et rien d’autre !
  • Après le lavage, il faut rincer, soit par aspiration (laveuse ou aspirateur à eau), soit par raclage avec descente des eaux usées dans un siphon de sol, soit par essuyage à la serpillière. Pour les fées du logis qui rincent le sol après le nettoyage, ajoutez quelques gouttes de vinaigre blanc dans le seau d’eau de rinçage.
  • N’utilisez pas la serpillière en coton mais optez pour celle en microfibres. Sur le carrelage, comme sur la plupart des sols lisses, les balais munis d’une serpillère plate sont parfaits.
  • Les balais raclettes sont également efficaces